="http://www.w3.org/2000/svg" viewBox="0 0 512 512">

VII.1. Deux confessions de foi antagonistes et ancrées chacune sur leurs Écritures et leur Tradition

Nous avons la situation paradoxale suivante :

– D’une part, un christianisme qui continue à se considérer comme « unique voie de salut », par fidélité à ses Écritures, et en particulier à ces passages :

Ac 4, 12 : « […] il n’y a pas sous le ciel d’autre nom donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés. »

1 Tm 2, 5 : « Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même. »

He 8, 6 : « […] Le Christ a obtenu un ministère d’autant plus élevé que meilleure est l’alliance dont il est le médiateur, et fondée sur de meilleures promesses. »

He 9, 15 : « Voilà pourquoi il est médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, sa mort ayant eu lieu pour racheter les transgressions de la première alliance, ceux qui sont appelés reçoivent l’héritage éternel promis. »

– D’autre part, un judaïsme qui persévère dans sa fidélité au Dieu qui l’a choisi, et dont il sait qu’il ne l’a pas rejeté, sur la foi de multiples textes de l’Écriture, dont ceux-ci :

1 S 12, 22 (= Ps 94, 14) : « Car L’Éternel ne répudiera pas son peuple, pour l’honneur de son grand nom, car L’Éternel a daigné faire de vous son peuple. »

Is 41, 9 : « Et toi, Israël, mon serviteur, Jacob, que j’ai choisi, race d’Abraham, mon ami, toi que j’ai saisi aux extrémités de la terre, que j’ai appelé des contrées lointaines, je t’ai dit : « Tu es mon serviteur, je t’ai choisi, je ne t’ai pas rejeté ». »

Is 54, 6-10 : « Oui, comme une femme délaissée et accablée, L’Éternel t’a appelée, comme la femme de sa jeunesse qui aurait été répudiée, dit ton Dieu. Un court instant je t’avais délaissée, ému d’une immense pitié, je vais t’unir à moi. Débordant de fureur, un instant, je t’avais caché ma face. Dans un amour éternel, j’ai eu pitié de toi, dit L’Éternel, ton rédempteur. Ce sera pour moi comme au temps de Noé, quand j’ai juré que les eaux de Noé ne se répandraient plus sur la terre. Je jure de même de ne plus m’irriter contre toi, de ne plus te menacer. Car les montagnes peuvent s’écarter et les collines chanceler, mon amour ne s’écartera pas de toi, l’alliance de ma paix ne trébuchera pas, dit L’Éternel qui a pitié de toi. »

Is 59, 21 : « Et moi, voici mon alliance avec eux, dit L’Éternel : mon esprit qui est sur toi et mes paroles que j’ai mises dans ta bouche ne s’éloigneront pas de ta bouche, ni de la bouche de ta descendance, ni de la bouche de la descendance de ta descendance, dit L’Éternel, dès maintenant et à jamais. »

Is 60, 1-20 : « Debout ! Resplendis, car voici ta lumière, et sur toi se lève la gloire de L’Éternel. Tandis que les ténèbres s’étendent sur la terre et l’obscurité sur les peuples, sur toi se lève L’Éternel, et sa gloire sur toi paraît. Les nations marcheront à ta lumière et les rois à ta clarté. Lève les yeux aux alentours et regarde : tous sont rassemblés, ils viennent à toi. Tes fils viennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors, tu verras et seras radieuse, ton coeur tressaillira et se dilatera, car les richesses de la mer afflueront vers toi, et les trésors des nations viendront chez toi […] C’est en moi que les îles espèrent : les bateaux de Tarsis ont pris la tête pour ramener de loin tes fils, avec leur argent et leur or, à cause du nom de L’Éternel ton Dieu, du Saint d’Israël qui t’a glorifiée. Les fils de l’étranger rebâtiront tes remparts, et leurs rois te serviront. Car dans ma colère je t’avais frappée, mais dans ma bienveillance j’ai eu pitié de toi. Tes portes seront toujours ouvertes, ni le jour ni la nuit on ne les fermera, pour qu’on apporte chez toi les richesses des nations et qu’on introduise leurs rois. Car la nation et le royaume qui ne te servent pas périront, et les nations seront exterminées. La gloire du Liban viendra chez toi, le cyprès, le platane et le buis tous ensemble, pour glorifier le lieu de ton sanctuaire, pour que j’honore le lieu où je me tiens. Ils s’approcheront de toi, humblement, les fils de tes oppresseurs, ils se prosterneront à tes pieds, tous ceux qui te méprisaient, et ils t’appelleront : ‘Ville de L’Éternel‘, ‘Sion du Saint d’Israël’. Au lieu que tu sois délaissée et haïe, sans personne qui passe, je ferai de toi un objet d’éternelle fierté, une source de joie, d’âge en âge. Tu suceras le lait des nations, tu suceras les richesses des rois. Et tu sauras que c’est moi, L’Éternel’, qui te sauve, que ton rédempteur, c’est le Puissant de Jacob […] Tu n’auras plus le soleil comme lumière, le jour, la clarté de la lune ne t’illuminera plus : L’Éternel sera pour toi une lumière éternelle, et ton Dieu sera ta splendeur. Ton soleil ne se couchera plus, et ta lune ne disparaîtra plus, car L’Éternel sera pour toi une lumière éternelle, et les jours de ton deuil seront accomplis. Ton peuple, rien que des justes, possédera le pays à jamais, rejeton de mes plantations, oeuvre de mes mains, pour me glorifier. Le plus petit deviendra un millier, le plus chétif une nation puissante. Moi, L’Éternel, en temps voulu j’agirai vite.

Is 61, 1-11 : L’esprit du Seigneur L’Éternel est sur moi, car L’Éternel m’a donné l’onction ; il m’a envoyé porter la nouvelle aux pauvres, panser les coeurs meurtris, annoncer aux captifs la libération et aux prisonniers la délivrance, proclamer une année de grâce de la part de L’Éternel et un jour de vengeance pour notre Dieu, pour consoler tous les affligés, pour prendre soin des affligés de Sion, pour leur donner un diadème au lieu de cendre, de l’huile de joie au lieu d’un vêtement de deuil, un manteau de fête au lieu d’un esprit abattu ; et on les appellera térébinthes de justice, plantation de L’Éternel pour se glorifier. Ils rebâtiront les ruines antiques, ils relèveront les restes désolés d’autrefois ; ils restaureront les villes en ruines, les restes désolés des générations passées. Des étrangers viendront paître vos troupeaux, des immigrants seront vos laboureurs et vos vignerons. Mais vous, vous serez appelés prêtres de L’Éternel, on vous nommera ministres de notre Dieu. Vous vous nourrirez des richesses des nations, vous leur succéderez dans leur gloire. Au lieu de votre honte, vous aurez double part, au lieu de l’humiliation, les cris de joie seront leur part ; aussi recevront-ils double héritage dans leur pays et auront-ils une joie éternelle. Car moi, L’Éternel, qui aime le droit, qui hais le vol et l’injustice, je leur donnerai fidèlement leur récompense et je conclurai avec eux une alliance éternelle. Leur race sera célèbre parmi les nations, et leur descendance au milieu des peuples ; tous ceux qui les verront les reconnaîtront comme une race que L’Éternel a bénie. Je suis plein d’allégresse dans L’Éternel, mon âme exulte en mon Dieu, car il m’a revêtu de vêtements de salut, il m’a drapé dans un manteau de justice, comme l’époux qui se coiffe d’un diadème, comme la fiancée qui se pare de ses bijoux. Car de même que la terre fait éclore ses germes et qu’un jardin fait germer sa semence, ainsi le Seigneur L’Éternel fait germer la justice et la louange devant toutes les nations. »

License

VII.1. Deux confessions de foi antagonistes et ancrées chacune sur leurs Écritures et leur Tradition Copyright © 2009 by Docteur angélique. All Rights Reserved.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *