="http://www.w3.org/2000/svg" viewBox="0 0 512 512">

VII.5 Présomption chrétienne et dessein de Dieu

Toutefois, comme l’expérience l’a montré, la relecture du dessein de Dieu sur le peuple juif à la lumière des passages de l’Écriture, examinés ci-dessus, ne suffit pas à convaincre même les chrétiens les mieux disposés à l’égard de ce peuple.

A l’instar des Sadducéens qui ne croyaient pas à la résurrection des corps et tentaient d’embarrasser Jésus en évoquant le cas d’école hyperbolique d’une femme qui aurait eu sept maris successifs, suivi de la question triomphale, insoluble selon eux :

« A la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme ? Car tous l’auront eue. » (Mt 22, 28).

On connaît la réponse du Christ. :

« A la résurrection… on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans le ciel.” (Mt 22, 30).

Les Sadducéens extrapolaient à partir de leur savoir, et parlaient des réalités célestes comme si elles étaient à l’image des réalités humaines.

Telle est, mutatis mutandis, la situation des chrétiens qui voient dans la perspective d’un rétablissement du peuple juif une impossibilité logique, parce qu’ils jugent des choses de Dieu avec leurs convictions apologétiques, au lieu de lire humblement les Écritures sans omettre les passages dont ils n’admettent pas la littéralité, et en ayant la présomption de faire passer les desseins de Dieu sous les fourches caudines de leur raison.

Comme les Sadducéens dans le contexte qui était le leur, ils extrapolent à partir de leur situation confessionnelle, et parlent des réalités du Royaume comme si elles étaient à l’image de leur schéma théologique de l’histoire du salut.

License

VII.5 Présomption chrétienne et dessein de Dieu Copyright © 2009 by Docteur angélique. All Rights Reserved.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *